La success story d’OVO au Sénégal

Le 16 mars dernier, l'événement OVO Sénégal Diaspora & Investisseurs se tenait à l'ICHEC (Brussels Management School). L'objectif : inspirer les participants par des projets entrepreneuriaux au Sénégal. Huit intervenants ont souligné l'importante contribution d’Entrepreneurs pour Entrepreneurs ou Ondernemers voor Ondernemers (OVO) à l'entrepreneuriat en Afrique.


La coopération avec les entreprises sénégalaises démarra sur les chapeaux de roue. "En septembre 2019, nous avions une première réunion à propos du Sénégal", nous confie Bruno Van der Wielen, coordinateur pour le Sénégal.

"Au début de 2020, nous avons sélectionné 12 projets. Fin juillet, une réunion de lancement fut organisée avec les personnes sélectionnées et 5 mois plus tard, 4 prêts avaient déjà été accordés. L'argent fut versé au début de l'année 2021."

Il souligne également la coopération avec l'ICHEC. Deux projets au Sénégal sont supervisés sur place par des étudiants de la Brussels Management School.

 


L'Ichec participe

Kilian Lafont, chercheur à l'ICHEC, partenaire d’OVO, a assisté au "boostcamp" (voir encadré) avec un élève de l'école et a indiqué qu'eux aussi analysent et accompagnent activement les projets au Sénégal. "Dans notre analyse, nous examinons la viabilité et la pertinence de chaque projet, ainsi que son impact positif sur la société." En tant qu'orateur, il fut suivi par Rob De Lobel, coordinateur de projet à l'IOM Brussels (International Organisation for Migration), une organisation des Nations Unies qui ne pouvait que souligner l'importance de tels projets.

Les entrepreneurs sénégalais s'expriment

Daha Diallo, le représentant local d’OVO au Sénégal, a donné un aperçu des projets soutenus dans son pays. La plupart d'entre eux ont déjà été financés, d'autres sont encore en phase de présélection. Et ils sont très divers : de l'énergie solaire aux soins capillaires, de la crème glacée au recyclage des déchets. Il a accordé une attention particulière à trois projets.

  • Le "Projet Economique de Services Solidaires (PE2S)" vise à donner aux familles économiquement vulnérables la possibilité d'acheter des produits essentiels, tels que la nourriture et l'hygiène, à moindre prix et de les revendre plus tard. OVO a été sollicité pour un prêt de 27 000 €. Un premier montant de 18 000 € a été versé en janvier 2021, la deuxième partie suivra au cours du premier trimestre de 2022.
  • Faeda (Ferme agro-écologique domou Africa) vise à répondre à la demande croissante de volailles et de légumes dans la région de Dakar. Le prêt d’OVO s'élève à 18 000 € avec une échéance de trois ans.
  • Enfin, Zelie Ice Cream produit des glaces de manière durable. Il est intéressant de noter que le fondateur de l'entreprise, Jean Paul Birame Faye, a appris à faire de la crème glacée en travaillant pendant ses études à Louvain-la-Neuve. Il applique à présent ses connaissances dans son propre pays. Un prêt de 11 500 € lui a été accordé.


Deux entrepreneurs sénégalais ont également pris la parole. Khadidiatou Ba est la fondatrice de FEEWI Corporate, une entreprise qui fabrique et vend des produits écologiques pour les soins de la peau et des cheveux. Khadidiatou avait à peine 19 ans lorsqu'elle a lancé son entreprise en 2018.

Ousmane Ndiaye, quant à lui, est le CEO de Leukelé, une entreprise active dans des solutions diverses basées sur l'énergie solaire. Leur objectif : "donner de l'électricité à ceux qui en ont besoin". Cela concerne tant les particuliers que les entreprises. Tous deux sont pleins d'espoir pour l'avenir, mais ont connu des temps difficiles en raison du covid, comme vous l’aurez deviné.
 

Avec le soutien du gouvernement

Le dernier orateur de la soirée fut Jan Van de Po, conseiller au cabinet de Meryame Kitir, ministre fédéral de la Coopération au développement et de la Politique des grandes villes. Il a fait remarquer la nécessité de créer des "leviers", et selon lui, OVO est un levier pour les entrepreneurs en Afrique. "Nous ne pouvons que nous réjouir du fait que de jeunes Africains et des entreprises belges unissent leurs forces", a-t-il déclaré. Enfin, au nom du ministre, il a remercié OVO pour la réussite de ses projets.
 

OVO en quelques chiffres
Identifier des PME africaines prometteuses et les soutenir par des financements et un accompagnement intensif. Voilà en quelques mots la mission d’OVO. Car l'entrepreneuriat local est le catalyseur de nouvelles opportunités.
Aujourd'hui, OVO compte plus de 150 bénévoles ( aux formations et aux compétences très diverses ) et bénéficie du soutien de 130 entreprises privées et publiques.
En 2021, l'organisation a investi pas moins de 380 000 € dans l'entrepreneuriat africain. Concrètement, il s'agit de prêts d'une durée de 3 à 5 ans avec un taux d'intérêt de 7 %. Et ces prêts ne sont pas accordés à la légère.

Du boostcamp au prêt
Les entrepreneurs sélectionnés commencent par suivre un "boostcamp", une sorte de mini-MBA de 3 jours. Depuis la première édition en 2018, 36 projets dans les quatre pays où OVO est actif (Sénégal, Bénin, Ouganda, Rwanda) ont suivi un tel boostcamp. Après un coaching intensif, 35 d'entre eux ont été estimés " investment ready " ou aptes à recevoir un investissement, et 30 ont finalement obtenu un prêt.


Toutes les informations sur OVO sont disponibles sur le site www.ondernemersvoorondernemers.be .
Vous y trouverez également comment soutenir l'organisation.

Par Marc Van de Velde – Traduction Ann Prinzie