L'esprit d'entreprise à l'heure du COVID 19 : les start-ups africaines témoignent

Faire face aux défis de manière créative est une seconde nature pour les entrepreneurs. Mais comment les entrepreneurs africains font-ils face à une crise mondiale telle que l'épidémie de corona ? Nous avons demandé à certaines start-ups qu'OVO soutient.
 

En Ouganda - un des pays cibles d'OVO - un confinement a récemment eu lieu, similaire aux mesures prises en Belgique. Les directives strictes constituent un défi pour les entrepreneurs africains, mais offrent en même temps des opportunités.

Expérimenter le télétravail

"La crise du corona virus a, une fois de plus, prouvé la valeur des applications numériques", déclare Sarah Atuhaire, co-fondatrice et directrice financière d'Akaboxi. Cette start-up est l'un des lauréats de SusTech4Africa et développe un logiciel numérique qui permet aux agriculteurs locaux de suivre leurs économies. "Ils continueront à utiliser nos applications.

Pour David Tusubira, co-fondateur et directeur technique d'Innovex, le confinement est également un moment idéal pour évaluer leur logiciel de surveillance des panneaux solaires. "Aujourd'hui, nous contrôlons à distance nos employés et définissons de nouvelles procédures. Ces mesures permettront d'accroître encore la productivité. La preuve que même après la crise du corona, le télétravail et les structures de travail décentralisées sont une option".

Exercice de réflexion stratégique

Les start-ups qui se concentrent sur les énergies renouvelables sont également en train de revoir leur approche. Paul Vicent, directeur de Trautbuck Energy, témoigne. "Le verrouillage offre aux entrepreneurs la possibilité de travailler sur leur entreprise à un niveau stratégique. C'est ainsi que nous sommes en train de revoir notre stratégie de marketing. En outre, nous menons des recherches approfondies sur les nouvelles technologies. Un domaine pour lequel nous avions à peine le temps avant le confinement".

En partie grâce au soutien d'OVO et à la flexibilité des fondateurs, ces start-ups peuvent mieux se positionner et surmonter la crise du courona pour le moment. Même si la pandémie menace à long terme la survie de nombreuses start-ups africaines. Un soutien financier est donc plus que bienvenu.