L'entrepreneuriat à l'heure de la crise corona: Akaboxi

Faire face aux défis de manière créative est une seconde nature pour les entrepreneurs. Mais comment les entrepreneurs africains font-ils face à une crise mondiale telle que l'épidémie de corona ? Nous en avons discuté avec Innovex, une entreprise ougandaise, qui développe des logiciels permettant aux agriculteurs locaux d'épargner de l'argent en toute sécurité. 

L'inclusion financière digitale est considérée être une solution pour lutter contre la pauvreté et limiter la propagation de la maladie. Selon la Banque mondiale, l'inclusion financière digitale signifie le développement de ressources digitales à faible coût pour les personnes qui n'ont pas accès aux services financiers.

Et c'est exactement la mission d'Akaboxi, une start-up qui se concentre sur les agricultrices indépendantes dans les zones rurales de l'Ouganda. Sarah Atuhaire, directrice financière et cofondatrice, se souvient comment tout a commencé...

Pas de services pour les agriculteurs (femmes)

"L'idée m'est venue après avoir travaillé pendant plus de dix ans dans une banque commerciale où j'étais chargée de fournir des crédits et des facilités de prêt aux clients. Les petits agriculteurs - dont 95% de femmes - ne pouvaient pas compter sur des services financiers ni sur aucune forme de financement. Ils n'avaient pas d'antécédents en matière d'épargne, pas de capital minimum pour ouvrir leur propre compte. En outre, ils ne pouvaient pas garantir ou fournir des documents complets de leur exploitation. En conséquence, ils étaient complètement hors du coup".

En 2017, Sarah a démissionné et a discuté avec plusieurs agricultrices du village de Rwamuganga. Les femmes se sont organisées et ont commencé à économiser de l'argent ensemble. « Elles ont pris conscience de l'importance de la finance et de l'agriculture intelligente. Cela leur a permis d'ouvrir leur propre compte par l'intermédiaire d'une coopérative, leur donnant ainsi accès au financement de leurs PME. Notre équipe a ensuite développé un logiciel pour que les "groupes d'épargne" puissent gérer leurs comptes de manière digitale et garantir la sécurité de leur argent durement gagné".

Conseils stratégiques de l'OVO

C'est à ce moment-là qu'OVO est entré en scène. Grâce à l'impact social potentiel d'Akaboxi, la start-up a reçu - après un screening approfondi - un financement et un accompagnement sur mesure. L'objectif : rendre Akaboxi rentable à moyen terme.

"Depuis lors, les revenus des membres des groupes d'épargne ont augmenté. En outre, notre équipe a acquis des compétences précieuses : de la tenue de comptes précis et de la gestion des relations avec la clientèle à la définition d'un modèle commercial amélioré et d'une stratégie commerciale pour les cinq prochaines années".

Et après la crise corona ?

Maintenant que la crise corona s'estompe, Akaboxi est prêt à intensifier ses activités. D'ici fin juin 2020, elle veut digitaliser cinq groupes d'épargne, et huit autres d'ici décembre. "Bon pour respectivement 17 et 455 emplois supplémentaires."

Pour en savoir plus, veuillez consulter akaboxi.com

En partie grâce au soutien d'OVO et à la flexibilité des fondateurs, les start-ups africaines peuvent mieux se positionner et surmonter la crise corona pour l’instant, même si la pandémie menace leur survie à long terme. Un soutien financier est donc plus que bienvenu.


Texte : Andrew Herweg
Editeur responsable: com&co