Le café au caractère "vert" de l'ONG Rikolto parmi les gagnants

En septembre, un container avec 15,9 tonnes de café indonésien est arrivé au port d’Anvers. Qu'est-ce qui rend ce café si exceptionnel ? Non seulement il a remporté plusieurs prix, mais grâce à un « business model » ingénieux, le café contribue également à la restauration de la forêt tropicale sur l'île de Sumatra. 


Ce café est le résultat d'années d'efforts de la part des agriculteurs de la coopérative Koerintji Barokah Bersama (KKBB) en Indonésie pour améliorer la qualité. Les agriculteurs locaux ont, par exemple, amélioré le contrôle de la qualité en déplaçant les activités de tri et de conditionnement. Ils ont ainsi réduit le temps nécessaire à la préparation du café pour l'exportation. L'exposition à la chaleur et à l'humidité a également été réduite au minimum.  
  

De producteurs débutants de café à gagnants de prix renommés 

Le fait que la coopérative Barokah soit capable de fournir une qualité supérieure n'est rien de moins qu'un petit miracle. La coopérative n'a été fondée qu'en juin 2017 et a connu une croissance exponentielle depuis lors. En partie grâce à l'aide de Rikolto.  
Après tout, l'ONG - qui est soutenue par OVO - aide les agriculteurs locaux à renforcer leurs capacités. "Nous offrons également un accompagnement dans le domaine des pratiques agricoles durables et de la recherche d'acheteurs", explique Kiki Purbosari de Rikolto. Ces efforts ont porté leurs fruits : le café a déjà remporté plusieurs prix. "La première année, nous avons gagné le Specialty Coffee Contest à Jakarta. " 


Paiement des services à l’ecosystème  

Mais ce qui rend vraiment l'histoire de ce café remarquable, c'est le « business model ». Les agriculteurs ne sont pas seulement rémunérés pour leur café, mais aussi pour leurs efforts de préservation de la forêt tropicale. La région où ils cultivent le café est l'une des régions les plus fortement déboisées d'Indonésie. 
"Il ne suffit pas de dire aux agriculteurs qu'ils doivent arrêter l'exploitation forestière, il faut leur donner un moyen de subsistance", dit Rikolto. "C'est pourquoi nous nous sommes engagés à diversifier les cultures et à appliquer de bonnes pratiques agricoles. Ainsi, ils n'ont pas besoin de terres supplémentaires". 
Cela ne peut fonctionner que si les agriculteurs sont reconnus et rémunérés pour leurs efforts de préserver la forêt. C'est pourquoi Rikolto et le gouvernement indonésien ont développé ensemble un Payment for Ecosystem Services Model: un moyen rentable de compenser les communautés indigènes, les propriétaires terriens et les agriculteurs pour la préservation de l'environnement et la fourniture de services à l’écosystème. 
 

Arbres d’ombrage 

En octobre, par exemple, les agriculteurs vont planter 600 arbres d’ombrage dans les plantations de café. Parce que depuis qu'ils appliquent de meilleures pratiques agricoles, ils constatent le retour de certaines espèces d'oiseaux nichant à l'ombre des caféiers. "Nous sommes heureux de constater que nos efforts pour cultiver le café de manière durable contribuent à un environnement plus sain. C'est quelque chose que nous continuons à promouvoir auprès des caféiculteurs", conclut Triyono, dirigeant de la coopérative Barokah.