OVO finance des classes pour l'Académie Imani dans le bidonville de Kampala

Grâce à un prêt d'Entrepreneurs for Entrepreneurs (OVO), l'Imani Academy construit de nouvelles classes pour 300 élèves dans un bidonville de la capitale ougandaise, Kampala. "Sans une éducation de qualité à un prix abordable, les enfants restent dans la pauvreté", déclare le fondateur Ivan Agaba.

"Nous offrons une éducation de qualité à un prix abordable dans les bidonvilles de Kampala", résume Ivan Agaba à propos de la création de l'Imani Academy. " Nous opérons actuellement sur deux sites. Avec l'argent d'OVO, nous allons construire six nouvelles salles de classe sur l'un de ces sites, ce qui permettra d'accueillir 300 élèves supplémentaires âgés de 4 à 12 ans. Cela double la capacité de cette école".

Selon l'inspirateur de l'Académie Imani, le besoin d'une éducation abordable est particulièrement important en Ouganda. "La plupart de nos parents se trouvent au bas de l'échelle sociale. Ils travaillent comme chauffeur de taxi automobile, maçon ou vendeuse sur le marché. Ensemble, ils gagnent en moyenne 100 dollars par mois. Ils ne peuvent pas se permettre une bonne école privée, car ils doivent facilement payer 125 dollars par mois".

Le besoin d'une éducation de qualité pourrait être encore plus grand, dit Agaba. "Les écoles publiques en Ouganda sont vraiment une catastrophe. Le gouvernement n'en a pas construit de nouveaux depuis les années 1990, alors que la population a doublé. Il n'y a pas d'enseignants, ou du moins pas d'enseignants motivés, il n'y a pas de ressources, et les classes sont surpeuplées".

Selon Agaba, une éducation de qualité à un prix abordable est le seule moyen d’avancer. "Sans cela, les enfants des bidonvilles ne pourront jamais trouver un bon emploi, car ils ne peuvent pas rivaliser avec les jeunes qui ont reçu une éducation privée. Ils restent donc piégés dans la pauvreté".
 

Coopération avec OVO

"Cela a été un long processus", se moque Agaba en se demandant comment s'est déroulée la coopération avec OVO. L'Imani Academy a participé en 2019 à SusTech4Africa, un processus de sélection de jeunes entreprises qu'OVO organise dans quatre pays, dont l'Ouganda. Les participants qui passent la sélection sont intensivement encadrés par une équipe de volontaires, généralement des entrepreneurs ayant beaucoup d'expérience et des compétences différentes. Ils préparent les projets avec les entrepreneurs afin que le comité d'investissement d'OVO puisse décider d'un éventuel prêt.

Ivan Agaba a mené à bien l'ensemble du processus. "Cela a été un très bon processus d'apprentissage", se souvient-il maintenant. "Cela m'a fait réfléchir à tous les aspects de mon entreprise. Ce processus d'apprentissage est encore plus important que l'argent que je reçois maintenant. J'utilise ce que j'ai appris tous les jours quand je pense au projet ou quand je parle à d'autres prêteurs potentiels".

"J'étais passionné, maintenant j'ai un modèle d'entreprise."

"Avant de travailler avec OVO, Le projet me passionnait, mais je n'avais pas de modèle d'entreprise, pas de plan financier et pas de prévisions quantifiées. Maintenant, je comprends mieux l'entreprise. Je sais combien coûte un enfant en moyenne, comment je peux réduire ces coûts et combien d'enfants il faut pour atteindre le seuil de rentabilité. Avec l'aide des volontaires d'OVO, nous avons également mis en place des processus, de sorte que nous sommes maintenant prêts à élargir le projet".

L'une des volontaires d'OVO, qui était présente lors du boostcamp de Sustech4Africa à Kampala, sera particulièrement remarquée par Agaba, elle s'appelle Bettie Elias. "Elle a travaillé très dur avec nous. J'ai vraiment eu l'impression que c'était aussi son projet. C'est fantastique que des gens comme elle aient mis leur temps et leur argent à notre service. En tant qu'entrepreneur, vous êtes confronté à de grands défis. Et puis ça vous donne tellement de courage de rencontrer quelqu'un qui se soucie tout autant du projet et qui y croit vraiment".
 

Pas juste une école

Olivier Loones est l'un des volontaires qui a supervisé le projet pour OVO. "J'ai été très agréablement surpris. Ce n'est pas seulement une école", dit-il. "Par exemple, l'Imani Academy s'assure que les enfants reçoivent une tablette qu'ils peuvent même emporter chez eux. Ivan Agaba est vraiment quelqu'un qui a une vision. Il sait ce qu'il fait".

Olivier Loones a également beaucoup appris lui-même. "OVO n'est pas seulement une organisation de volontaires. Il y a vraiment une pollinisation croisée, où les informations et les connaissances sont partagées. Je considère mon engagement comme un apprentissage que je paie avec mes propres services. J'ai une formation de comptable. Je considère donc principalement un projet sous l'angle financier, mais j'acquiers de nouvelles connaissances en travaillant avec des bénévoles qui envisagent un projet avec une approche différente. Je peux le recommander à n'importe qui".

Texte: Jasper Vekeman