Desec-OO produit du charbon de bois durable à partir de déchets végétaux

En 2020, Filip Maenhout, un Belge qui vit au Cameroun depuis des années, a fondé DESEC-OO. Abréviation de "Development Social Enterprise Cameroon - Organic Output". C'est un peu long, mais l'idée est claire : produire du charbon de bois écologique à partir de déchets organiques.

Faire d'une pierre deux coups

L'idée de produire du biochar trottait dans la tête de Filip depuis un certain temps. "Le bois de chauffage et le charbon de bois sont les principales sources d'énergie pour les familles au nord du Cameroun. Mais les deux deviennent de plus en plus chers et de moins en moins accessibles - et cela, est combiné à une demande toujours plus forte. Au point que les familles ne peuvent plus se permettre d'acheter du bois de chauffage et du charbon de bois."

En outre, le facteur écologique joue également un rôle. "Les prix élevés du bois de chauffage et du charbon de bois encouragent l'abattage illégal. Pour le charbon bio, il n'est pas nécessaire d'abattre des arbres. Lorsqu’on cuisine avec du biochar, aucun CO2 n'est libéré. La combinaison de la durabilité et du prix réduit fait qu'il y a une forte demande de biochar parmi les familles."

L'aspect social fait partie de l'ADN

Filip a délibérément choisi d'impliquer des jeunes et des familles vulnérables dans DESEC-OO. "J'ai plus de 25 ans d'expérience dans le développement rural - et la pauvreté qui y règne me touche toujours. En même temps, je vois aussi le potentiel et les besoins de la population. La décision de faire de DESEC-OO un projet social était donc évidente. Cela fait partie de notre ADN."

C'est par le biais du concours SusTech4Africa que Filip est entré en contact avec OVO. "Une expérience fantastique. Nous avons obtenu un prêt de 10 000 euros pour aider à financer l'achat d'un premier four et notre équipement de base. Nous avons également pu compter sur leur soutien technique : des séances de coaching par vidéoconférence sur le pitching jusqu’aux conseils stratégiques sur notre plan d'affaires. Nous sommes donc vraiment reconnaissants à OVO pour son travail acharné et son dévouement."

Des rêves ambitieux pour l'avenir

Lorsqu'on leur demande quelles sont les ambitions de Filip et de son équipe, ils semblent déterminés : "Dans les années à venir, nous voulons conquérir plus de 50% des parts de marché dans le secteur du bois énergie dans les trois régions du Nord du Cameroun. Nous voulons devenir et rester le leader du marché. En OVO, nous avons déjà trouvé un partenaire qui peut nous aider à réaliser cette ambition."

La production de biochar en 4 étapes :
  1. Les déchets végétaux - brindilles et écorces, feuilles et épis de maïs, sciure, copeaux de bois, paille, déchets ménagers... - sont collectés. Ensuite, il sont triés et séchés au soleil jusqu'à ce que l'humidité soit inférieure à 5%.
  2. La biomasse traitée est placée dans des capsules, puis dans le four d'une cuisinière à gaz. En exposant la biomasse à une chaleur extrême dans un environnement pauvre en oxygène, elle se carbonise en charbon de bois.
  3. Une fois que le biochar a refroidi, il est broyé et mélangé à de l'eau et à des liants tels que l'amidon pour former une pâte. De cette manière, on obtient une meilleure composition du charbon de bois.
  4. Enfin, la pâte est pressée en briquettes ou en boulettes de charbon de bois, pesée et emballée.